L'eau est un sujet photographique délicat.
 
Parce qu'elle nous glisse entre les doigts. Parce qu'elle est toujours en mouvement.
Comment immortaliser l'impression que nous donne une eau courante ? Qu'elle soit calme, étale, et comment figer ses reflets changeants ?
 
Il y a deux semaines de cela, j'ai eu coup sur coup deux belles occasions de m'essayer à ce jeu; sur une série de jets d'eau du boulevard Richard-Lenoir, puis sur les cours d'eau du jardin Albert Kahn (jardin du Musée dont j'ai déjà parlé dans un post précédent).
J'en ai donc profité pour faire quelques essais.
 
De l'eau qui tombe
 
De beaux jets d'eau, bien droits, bien fins, avec une pression appréciable; un chuintement-sifflement monotone, couvrant presque les cris des enfants qui jouent dans le square... Comment rendre ce mouvement continu, répétitif, presque obsessionnel ? Cette enveloppe sonore qui brouille tout ?
 
Comment saturer le regard de la même manière, donner l'idée d'un mouvement d'eau aussi... permanent ? Le dosage est délicat : les jets d'eau occupent tout l'espace et noyent presque le sujet "réel" du cliché, celui que le regard tente de percevoir, derrière le rideau d'eau.
  Jets d'eau sur Richard-Lenoir (14 octobre 2006)
Jets d'eau sur Richard-Lenoir
14 octobre 2006

Pentax *ist DL, 138 mm
ISO200, 1/20s à F/9.5
 
De l'eau qui coule
 
Jardin Japonais du Musée Albert Kahn (15 octobre 2006)  

Le lendemain, je vais au musée Albert Kahn voir une magnifique exposition d'autochromes pris dans les pays du Maghreb entre 1910 et 1930. J'en profite aussi pour flaner dans le jardin qui entoure le musée... Un petit coin de paradis!

Un petit étang, duquel coule un ruisseau, traverse le jardin japonais. Là, l'eau s'écoule doucement et enrobe les cailloux d'une fine pellicule d'eau, comme un gel qui leur donne cet aspect satiné, humide et frais.

  Jardin Japonais du Musée Albert Kahn
15 octobre 2006

Pentax *ist DL, 29 mm
ISO200, 1/6s à F/22
 
De l'eau qui stagne
 

Du jardin japonais, on passe au jardin anglais en traversant un véritable petit village japonais : la légende prétend que les maisons y ont été apportées du Japon en pièces détachées...

Le jardin anglais est presque entièrement formé d'une pelouse tout-à-fait green, baignée d'un plan d'eau au flegme britannique : quelques feuilles mortes flottent à la dérive, portées par le vent qui strie le plan d'eau de très légères ondulations.

  Jardin Anglais du Musée Albert Kahn (15 octobre 2006)
Jardin Anglais du Musée Albert Kahn
15 octobre 2006

Pentax *ist DL, 180mm
ISO200, 1/20s à F/5.6
 
 
Illustrations :
Jets d'eau sur Richard-Lenoir (14 octobre 2006) Jardin Japonais du Musée Albert Kahn (15 octobre 2006) Jardin Anglais du Musée Albert Kahn (15 octobre 2006)